Les moments clefs de HIV JUSTICE WORLDWIDE

JUILLET 2018

Lancement de la Déclaration de consensus d'experts sur la connaissance scientifique relative au VIH dans le contexte du droit pénal

Avec la possibilité de changer le paradigme mondial du défi judiciaire de la criminalisation du VIH, la «Déclaration de consensus d’experts sur la connaissance scientifique relative au VIH dans le contexte du droit pénal» a été publiée le mois dernier dans le Journal de l’International AIDS Society et lancée au cours de la Conférence internationale sur le SIDA à Amsterdam (AIDS 2018).

La déclaration énonce pour la première fois l’opinion pertinente des experts au niveau mondial concernant la dynamique individuelle de transmission du VIH (c.-à-d. la «possibilité» de transmission), l’impact à long terme de l’infection chronique par le VIH (le «préjudice» du VIH) et l’application des analyses phylogénétiques (c.-à-d. si oui ou non celles-ci peuvent être utilisées comme «preuve» définitive de qui a infecté qui). Basée sur une analyse détaillée de la recherche scientifique et médicale, la déclaration décrit les possibilités d’une transmission du VIH liées à un acte spécifique au cours d’une activité sexuelle, en cas de morsure ou de crachat, en allant de faible possibilité à aucune. Elle indique aussi clairement que, dans le contexte de l’accès au traitement, le VIH est un problème de santé chronique et gérable , et que si les résultats phylogénétiques peuvent exonérer un accusé lorsque les résultats les excluent comme source d’infection par le VIH, ils ne peuvent pas prouver de manière certaine qu’une certaine personne en a infecté une autre.

HIV JUSTICE WORLDWIDE préconise ce document depuis de nombreuses années et a soutenu son développement aux côtés de l’ONUSIDA, de l’IAPAC et de l’IAS. Pour en savoir plus sur les données scientifiques contenues dans la déclaration, consultez un bref résumé et les questions les plus fréquemment posées, disponibles ici.

JUILLET 2018

La criminalisation du VIH est à l’ordre du jour à AIDS 2018

Pour la première fois depuis l’appel à l’action d’Edwin Cameron à AIDS 2008 à Mexico, la criminalisation du VIH a été présentée lors d’une des principales sessions plénières lors d’une conférence internationale sur le sida.

Robert Suttle, directeur adjoint du Sero Project et survivant de la criminalisation du VIH, et Allan Maleche, directeur exécutif de KELIN, ont abordé la question sous un angle personnel et professionnel lors de la première matinée de la conférence intitulée «Briser les barrières des inégalités en matière de VIH», lors de la même séance plénière que Charlize Theron, Elton John et le duc de Sussex.

En fait, un large éventail de pré-conférences, de sessions axées sur les abstracts, de posters et d’activités dans le Global Village ont fait d’AIDS 2018 la conférence sur la «criminalisation du VIH». De nombreuses sessions sont résumées dans ce pdf de 2 pages.

(Liens disponibles uniquement en anglais).

JUILLET 2018

Beyond Blame: Défier la criminalisation du VIH à AIDS 2018

Le symposium d’une journée de HIV JUSTICE WORLDWIDE, “Beyond Blame 2018: Défier la criminalisation du VIH” a eu lieu dans l’édifice historique De Balie à Amsterdam juste avant la conférence AIDS 2018. Environ 170 militants, avocats, juges (dont le juge Edwin Cameron), juristes, scientifiques (dont le Dr Chris Beyrer), des professionnels de la santé, des chercheurs et d’autres personnes travaillant pour mettre fin à la criminalisation du VIH ont participé à des discussions riches et nuancées.

Le programme, qui peut être téléchargé ici, comprenait des débats interactifs, des présentations et des sessions / ateliers parallèles axés sur des questions cruciales dans la lutte contre la criminalisation du VIH dans le monde. La journée entière a été diffusée en direct sur le Web et peut maintenant être visionnée sur You Tube.

La rencontre a été ouverte par les petites-filles d’Elizabeth Taylor, Laela et Naomi Wilding. Laela a noté qu’avoir assisté au symposium précédent de Beyond Blame à Durban, avant AIDS 2016, avait été pour elle un “tournant”, que leur grand-mère aurait été “scandalisée” par cette situation et que la Fondation Elizabeth Taylor AIDS fait désormais de la criminalisation du VIH ” le centre de nos efforts de plaidoyer “.

JUILLET 2018

Focus sur l'Europe de l'Est et l'Asie central en avant d'AIDS 2018

Le centre régional d’Europe de l’Est et Asie centrale de HIV JUSTICE WORLDWIDE, Eurasian Women’s Network on AIDS (EWNA), un groupe de GNP+, ont produit un rapport novateur sur les lois et les poursuites liées au VIH dans la région de l’EECA. Le rapport a constaté qu’entre janvier 2015 et juin 2017, 128 affaires pénales ont été poursuiviesen Biélorussie en vertu de l’article 157, la loi pénale tres excessive spécifique au VIH.

Le plus grand nombre de cas ont été signalés dans la région de Gomel où, entre 2012 et 2016, 38 cas ont été signalés. Toutefois, rien qu’au premier semestre de 2017, au moins 50 affaires ont été déposées devant les tribunaux.

People PLUS, une association publique représentant les personnes vivant avec le VIH en Biélorussie, plaide contre la criminalisation sur le terrain. Elle est en voie d’organiser notamment une réunion avec le président du tribunal régional de Gomel, afin de réduire le nombre d’affaires en cours et d’obtenir appui à de nouvelles modifications de la législation.

JUIN 2018

La troisième académie de formation américaine 'HIV is Not a Crime' accueille des participants du Belize, du Canada, de la Colombie et du Mexique

La troisième académie américaine de formation «HIV Is Not a Crime’ » co-organisée par deux membres du comité directeur de HIV JUSTICE WORLDWIDE, le SERO Project et Positive Women’s Network – USA, a eu lieu du 3 au 6 juin à

Composés de six séances plénières, des groupes d’experts de personnes vivant avec le VIH, des intervenants, des avocats et des parlementaires ont eu des discussions approfondies sur l’expérience des survivants de la criminalisation du VIH, l’intersection de la race et du genre dans la criminalisation, et le travail des champions législatifs dans les coulisses pour changer les projets de loi. Les participants ont également eu 20 séances en petits groupes au fil des trois jours.

L’Académie de formation a également accueilli des avocats et des experts juridiques du Belize, du Canada, de la Colombie et du Mexique, et pour la première fois, il y a eu une séance plénière sur la criminalisation du VIH en Amérique latine.

Les séances d’ouverture, de clôture et toutes les séances plénières ont été diffusées en direct sur Facebook (archivées ici), permettant une participation internationale en temps réel.

HIV JUSTICE WORLDWIDE a soutenu ces deux initiatives.

MAI 2018

La Cour suprême du Mexique estime que la loi de Veracruz érigeant en infraction la «transmission volontaire» du VIH et des IST est inconstitutionnelle.

Suite à une contestation constitutionnelle lancée en février 2016 par le Groupe multisectoriel sur le VIH / sida et les IST de Veracruz et la Commission nationale des droits de l’homme, et soutenue par HIV JUSTICE WORLDWIDE, la Cour suprême de justice mexicaine a jugé que l’amendement à l’article 158 du code de l’État de Veracruz était invalide car il violait un certain nombre de droits fondamentaux: l’égalité devant la loi; la liberté individuelle; et la non-discrimination.

AVRIL 2018

Le nouveau réseau francophone se réunit à AFRAVIH

En avril 2018, le Réseau juridique canadien VIH / sida a organisé une réunion du nouveau réseau francophone de HIV JUSTICE WORLDWIDE lors de la conférence AFRAVIH à Bordeaux (France).

Quelques heures auparavant, le Professeur Alexandra Calmy avait présenté un exposé puissant sur la Déclaration internationale de consensus d’experts sur la science du VIH dans le contexte du droit pénal qui sera dévoiléee lors d’une séance satellite organisée par l’ONUSIDA, le Fonds mondial de lutte contre le sida, la tuberculose et le paludisme, et HIV JUSTICE WORLDWIDE.

AVRIL 2018

La troisième réunion stratégique de HIV JUSTICE WORLDWIDE a lieu à Brighton

Lors de la troisième réunion stratégiquee de HIV JUSTICE WORLDWIDE, un nombre croissant de partenaires et de supporters ont discuté pendant trois jours de stratégies pour collaborer dans notre travail afin de renforcer la capacité des intervenants pour contester et influencer les lois, les politiques et les décideurs et éviter ou arrêter l’utilisation de lois pénales injustes contre les personnes vivant avec le VIH.

Cette fois, en raison d’une participation régionale croissante, nous avons utilisé la technologie de diffusion en continu pour permettre a nos partenaires du monde entier d’être présent dans notre salle de réunion en bord de mer, à Brighton, et vice versa.

Les astérisques * indiquent les membres du comité directeur de HIV JUSTICE WORLDWIDE.

(L-R): Raoul Fransen (Conseil d’administration, HIV Justice Network) Lisa Power (Conseil d’administration, HIV Justice Network), Seth Earn (AIDS-Free World *); Mianko Ramaroson (ONUSIDA); Ferenc Bagyinszky (AIDS Action Europe *), Sylvie Beaumont (coordinatrice de la recherche / sensibilisation, HIV Justice Network); Kene Esom (PNUD); Nicholas Feustel (consultant en promotion vidéo, HIV Justice Network*); Omar Syarif (GNP +); Sally Cameron (analyste principale des politiques, HIV Justice Network *); Alexandra Volgina (GNP + *); Annabel Raw (SALC *); Oratile Moseki (International HIV / AIDS Alliance); Richard Elliott (Réseau juridique canadien VIH / sida *); Sean Strub (Sero Project *); Cecile Kazatchkine (Réseau juridique canadien VIH / sida *); Lynette Mabote (ARASA *); Michaela Clayton (ARASA *); et Edwin J Bernard (coordinateur mondial, HIV Justice Network *).

Les autres participants à la réunion, non représentés ici, étaient: Stéphanie Claivaz-Lorager (consultante indépendante); Naina Khanna (Positive Women Network – États-Unis *); Paul Kidd (Conseil d’administration, HIV Justice Network), Rebecca Matheson-Omondi (Communauté internationale des femmes vivant avec le VIH- ICW *); et Svitlana Moroz (Eurasian Women’s Network on AIDS).

MARS 2018

Nouvelle trousse à outils pour aider les militants à utiliser les médias dans leur lutte pour la justice liée au VIH

En mars 2018, HIV JUSTICE WORLDWIDE a ajouté sa derniere publication à la trousse à outils de HIV JUSTICE WORLDWIDE «Making Media Work for HIV Justice: une introduction à l’engagement avec les médias pour les militants luttant contre la criminalisation du VIH» (Disponible en anglais seulement).

Produite par Positive Women’s Network-USA au nom de HIV JUSTICE WORLDWIDE, le kit aide les défenseurs à comprendre l’importance d’engager les médias pour changer les discours sur cette pratique injuste.

Il comprend également des conseils pour les journalistes, conçus pour sensibiliser les journalistes et les éditeurs aux nuances de la criminalisation du VIH et aux préjudices causés par une couverture médiatique inexacte et stigmatisante.

En avril, un webinaire de 90 minutes organisé par PWN-USA a présenté aux participants quelques concepts et pratiques soulignés dans le kit avec la participation de militants, de journalistes, de professionnels de la communication et de défenseurs des droits humains travaillant à la croisée des médias et de la criminalisation du VIH.

Fevrier 2018

Doter les avocats et les militants africains des compétences nécessaires pour lutter contre la criminalisation du VIH et de la tuberculose

Plus de 80 avocats et activistes venant de 27 pays africains se sont réunis du 20 au 23 février 2018 pour un atelier de formation de quatre jours visant à doter les avocats et les activistes de compétences et de connaissances sur la criminalisation du VIH et de la tuberculose.

La formation a été organisée par les membres du comité de pilotage de HIV JUSTICE WORLDWIDE, le Southern Africa Litigation Centre (SALC), ARASA et HIV Justice Network, ainsi que Kenya Legal & Ethical Issues Network on HIV and AIDS (KELIN), Stop TB Partnership et l’ONUSIDA, avec le soutien du Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD) dans le cadre de la Subvention régionale pour l’Afrique sur le VIH: élimination des obstacles juridiques.

Une nouvelle ressource importante pour les avocats défendant des clients et travaillant sur des litiges stratégiques, le Recueil de la jurisprudence pour les avocats de la défense: Criminalisation du VIH a été publiée par la SALC pour accompagner la formation.

 

DECEMBRE 2017

De nouveaux membres se joignent au comité directeur de HIV JUSTICE WORLDWIDE

“La criminalisation du VIH est une attaque insidieuse contre les droits humains et sape dangereusement les efforts mondiaux de lutte contre l’épidémie. Nous sommes ravis de rejoindre le Comité directeur de HIV JUSTICE WORLWIDE et de contribuer à son combat contre la criminalisation du VIH dans le monde.” Paula Donovan et Stephen Lewis, co-directeurs, AIDS-Free World

«Malgré les développements récents dans certains pays d’Europe et les données scientifiques, beaucoup de nos pays ont toujours des lois spécifiques criminalisant le VIH et continuent de les appliquer.  Ceci nécessite donc des efforts communs de plaidoyer pour y faire face et les changer. C’est pourquoi AIDS Action Europe est ravi et honoré de rejoindre le comité directeur de HIV JUSTICE WORLDWIDE et de travailler ensemble dans le cadre de notre projet de forum juridique européen sur le VIH pour mettre fin à la criminalisation injuste et néfaste de nos communautés. »Ferenc Bagyinszky – Directeur de projet – AIDS Action Europe / European HIV Legal Forum

«L’année dernière, il y a eu une tendance en Afrique australe à vouloir introduire de nouvelles lois criminalisant la transmission et l’exposition au VIH, à engager des poursuites injustes pour l’exposition au VIH au Zimbabwe et au Malawi. Le gouvernement zambien s’est aussi engager à imposer le dépistage et le traitement du VIH. Une résistance collective et coordonnée à ces tendances et les actions visant à garantir la justice et les droits de l’homme sont au premier plan de la riposte au VIH. Nous avons constaté le succès de notre propre plaidoyer et de nos actions en justice concernant les droits des personnes vivant avec le VIH et des populations clés lorsque nous travaillons en association avec des réseaux solides de partenaires locaux, régionaux et internationaux. Nous sommes honorés de rejoindre HIV JUSTICE WORLDWIDE en tant que membres du comité de direction pour contribuer à cet important mouvement. »Kaajal Ramjathan-Keogh, directeur exécutif du Southern African Litigation Centre (SALC)

DECEMBRE 2017

Focus sur la criminalisation du VIH en Afrique francophone à l'ICASA

En marge de la conférence ICASA en Côte d’Ivoire début décembre, le Réseau juridique canadien VIH/sida a organisé une réunion sur la criminalisation du VIH en Afrique francophone au nom de HIV JUSTICE WORLDWIDE.

Réunissant des personnes vivant avec le VIH, des militants, des avocats et un juge, ainsi que des organisations représentant ou travaillant avec les communautés LGBTI, les toxicomanes et les travailleuses du sexe en Afrique du Nord, de l’Ouest et du Centre, cette réunion a posé les fondations d’un réseau francophone oeuvrant contre la criminalisation du VIH.

Lors de la réunion, HIV JUSTICE WORLDWIDE a également publié le premier rapport régional sur la criminalisation du VIH en Afrique francophone, produit par le Réseau juridique canadien VIH / sida. Celui-ci a révélé que dans les 18 pays de la région, 16 lois spécifiques criminalisaient la transmission du VIH ou l’exposition au VIH. Seules les lois spécifiques au VIH des Comores et de l’Ile Maurice ne contenaient aucune disposition pénale à cet égard.

Il a également révélé qu’il y avait eu des poursuites (comprenant des affaires abandonnées ou réglées en dehors des tribunaux) dans 11 pays – Bénin, Burkina Faso, Cameroun, Congo, Maroc, Mauritanie, Niger, République centrafricaine, République démocratique du Congo, Togo et Tunisie.

Le rapport, en français peut être téléchargé ici.

DECEMBRE 2017

Une avancée importante, mais modeste, dans l'environnement juridique des personnes vivant avec le VIH au Canada

Après des années de plaidoyer d’un des partenaires fondateurs de HIV JUSTICE WORLDWIDE, le Réseau juridique canadien VIH / SIDA et leurs alliés de la Coalition canadienne pour réformer la criminalisation du VIH, les ministres fédéraux et provinciaux ont annoncé lors de la Journée mondiale du SIDA que les bienfaits du traitement anti-VIH en matière de prévention devaient être pris en compte en cas de poursuites judiciaires concernant des allégations de non-divulgation du VIH: un progres important mais modeste.

Les intervenants appelent maintenant à un moratoire sur toutes les poursuites liées au VIH et au réexamen des condamnations existantes ainsi qu’à une révision plus radicale de la définition canadienne de la non-divulgation du VIH comme agression sexuelle grave.

Novembre 2017

Célébration au Malawi de l'amendement de la loi sur le VIH qui supprime les dispositions portant atteinte aux droits

Le mardi 28 novembre, les membres du parlement du Malawi ont voté en faveur du rejet des dispositions coercitives et pénalisantes qui menacaient les droits de l’homme dans un projet de loi sur la prévention et la gestion du VIH délibéré depuis longtemps.

L’appui d’un certain nombre de membres du comité directeur HIV JUSTICE WORLDWIDE a incité les militantes au Malawi à protester contre plusieurs dispositions du projet de loi sur le VIH, notamment le dépistage et le traitement du VIH pour certaines populations clefs et les dispositions qui auraient criminalisé l’exposition et la transmission du VIH par négligence, imprudence et intention.

Vous pouvez lire le communiqué de presse des partenaires de HIV JUSTICE WORLDWIDE (ARASA, GNP + et SALC) célébrant cette importante réalisation (en anglais).

OCTOBRE 2017

Le premier colloque au Mexique "le VIH N'est pas un crime" conduit conduit à la naissance d'un nouveau réseau et à des résultats préliminaires impressionnants

En octobre 2017, le premier colloque en langue espagnole ” le VIH n’est pas un crime” a eu lieu à Mexico, avec le soutien de la coalition HIV JUSTICE WORLDWIDE.

Le colloque de deux jours a rassemblé des personnes vivant avec le VIH, des militants, des avocats, des défenseurs des droits humains et des universitaires venant de tout le Mexique – aux côtés de CNET + (Belize), Sero Project (USA) et HIV Justice Network pour discuter de l’état actuel de la criminalisation du VIH aux niveaux national, régional et mondial.

À la suite de cette réunion, le réseau mexicain d’organisations de lutte contre la criminalisation du VIH a été constitué et réunit 29 organisations mexicaines. A la suite de la réunion, le Réseau a rédigé une déclaration en 11 points adressée aux différentes agences gouvernementales chargées de la riposte à l’épidémie, ainsi qu’à la société en général.

Deux semaines après la réunion, les représentants du réseau ont rencontré la députée Laura Beristain, qui avait proposé une nouvelle loi pénale injuste et trop étendue sur le VIH dans la province de Quintana Roo. Elle a écouté leurs arguments, a lu la déclaration et s’est immédiatement engagée à abroger les dispositions problématiques del’article 113 au Quintana Roo.

(Liens en anglais)

OCTOBRE 2017

Lancement de la trousse à outils HIV JUSTICE WORLDWIDE en ligne (en anglais)

En octobre 2017, nous avons lancé la trousse à outils du VIH, qui vise à aider les défenseurs à s’opposer à la criminalisation du VIH à tous les niveaux – de l’éducation des communautés et des législateurs à la défense des individus concernés.

La trousse à outils est un recueil complet de près de 300 documents et vidéos, organisé autour de douze thématiques principales, chacune d’elles étant subdivisée en plusieurs sous-sections. L’ensemble de la trousse à outils est également consultable par mot-clé.

La trousse à outils n’est pour l’instant disponible qu’en anglais, mais une version française est prévue plus tard en 2018.

SEPTEMBRE 2017

La première Académie européenne de formation aux environnements juridiques a lieu à Berlin

En septembre 2017, la première Académie européenne du VIH pour faciliter la création d’environnements juridiques a rassemblé 35 intervenants de 20 pays travaillant sur la réforme des lois et des politiques liées au VIH dans la région Europe de l’OMS.

Cette Académie européenne de formation aux environnements juridiques (#ELETA) était le produit d’une collaboration entre trois membres du comité de direction de HIV JUSTICE WORLDWIDE, AIDS Action Europe, le Réseau mondial des personnes vivant avec le VIH (GNP+) et du HIV Justice Network et EATG (European Treatment Group).

SEPTEMBRE 2017

Présentation de notre travail aux donateurs philanthropiques à Washington DC lors du sommet "Funders Concerned About AIDS"

En septembre, trois membres fondateurs de HIV JUSTICE WORLDWIDE – Laurel Sprague, directrice exécutive du Réseau mondial des personnes vivant avec le VIH (GNP +), Lynette Mabote, responsable des programmes régionaux de l’ARASA et Edwin Bernard, coordinateur mondial de HIV Justice Network, ont présenté au Sommet philanthropique des bailleurs de fonds sur le sida à Washington, le mouvement mondial visant à mettre fin à la criminalisation du VIH, aux côtés de notre partenaire, Luisa Cabal, conseillère spéciale sur les droits humains et le genre à l’ONUSIDA. La session a été présidée par Sergey Votyagov, directeur exécutif du Fonds des réseaux de la société civile Robert Carr, qui finance la coalition HIV JUSTICE WORLDWIDE.

JUIN 2017

HIV JUSTICE WORLDWIDE accueillent de nouveaux membres

En juin 2017, nous avons invité les organisations du monde entier qui partagent nos valeurs et nos principes à se joindre à notre mouvement. En mars 2018, plus de 70 organisations se sont jointes aux sept partenaires fondateurs pour faire partie de notre communauté mondiale dynamique de défenseurs luttant pour abolir la criminalisation liée au VIH.

AVRiL 2017

Réunion de Johannesburg: «De Njamena aux lois modèles de la CDAA et de la CAE et au-delà»

En avril 2017, ARASA – en collaboration avec d’autres membres du comité directeur de HIV JUSTICE WORLDWIDE – a organisé une réunion de deux jours à laquelle ont participé des décideurs politiques, des membres du pouvoir judiciaire, des avocats, des parlementaires et des représentants d’organisations de la société civile d’Afrique de l’Est, des régions de la CDAA et du Nord global.

Les participants ont discuté de l’impact négatif de la criminalisation du VIH sur les besoins et la santé publique de certaines populations, en particulier des femmes, perpétuant l’inégalité entre les sexes et marginalisant et stigmatisant encore plus les populations clés. La réunion a conclu à la nécessité de se concentrer sur les intersections dans le discours sur la criminalisation du VIH.

Le rapport de la réunion est disponible en anglais ici.

MARS 2017

Deuxième réunion stratégique de HIV JUSTICE WORLDWIDE

Lors de notre deuxième réunion stratégique de HIV JUSTICE WORLDWIDE, un nombre croissant de partenaires et de supporters ont passé trois jours à débattre comment travailler plus étroitement afin de renforcer la capacité des intervenants pour contester et influencer les décideurs des lois, des politiques et des décisions et prévenir ou arrêter l’application injuste du droit pénal contre les personnes vivant avec le VIH.

De gauche à droite: Nicholas Feustel (Réalisateur Video HJN*); Sean Strub (Sero Project*); Catherine Murphy (Amnesty International); Evgenia Maron (Consultant pour la région Europe de l’Est et Asie Centrale); Sylvie Beaumont (Coordinateur réseau et proximité/recherche pour HJN*); Seth Earn (AIDS Free World*); Patrick Eba (ONUSIDA); Laurel Sprague (anciennement Chargé de recherche VIH, Genre et Justice pour HJN, maintenant Directrice exécutive de GNP+*); Edwin J Bernard (Coordinateur général de HJN*); Lynette Mabote (ARASA*); Richard Elliott (Réseau juridique canadien VIH/SIDA*); Naina Khanna (PWN-USA*); Julian Hows (GNP+*); Ferenc Bagyinszky (AIDS Action Europe); et Sally Cameron (Analyste principale des Politiques pour HJN*).

Sophie Brion (ICW*), Lisa Power (HJN Board Member) et Boyan Konstantinov (PNUD) ont également participé à cette réunion mais ne figurent pas sur cette photo.

SEPTEMBRE 2016

Soutien de l'objection judiciaire déposée auprès de la Cour Suprême du Mexique

Le coordinateur général de HIV Justice Network, Edwin J Bernard, et le directeur exécutif de SERO, Sean Strub, ont rejoint les intervenants de la ville de Mexico pour mettre en lumière la lettre de soutien de HIV JUSTICE WORLDWIDE à une objection judiciaire soulevée par la Commission mexicaine des droits de l’homme et le groupe multisectoriel de Veracruz contre une loi pénale spécifique au VIH à Veracruz.

Une marche protestataire a ensuite eu lieu, depuis le bâtiment de la Commission des droits de l’homme jusqu’à la Cour suprême de justice, où la lettre a été officiellement enregistrée à titre d’intervenant désintéressé.

(Photo: Edwin J Bernard et Patricia Ponce, du Groupe multisectoriel de Veracruz présentent la lettre à Cour Suprême)

JUILLET 2016

Beyond Blame @AIDS2016

Le HIV Justice Network et ARASA ont co-organisé la réunion “Beyond Blame” avant le congrès AIDS 2016 à Durban au nom du mouvement HIV JUSTICE WORLDWIDE. La réunion a permis aux intervenants de 36 pays d’élaborer des stratégies, de créer une force énergisante et de placer la pénalisation du VIH sur la scène principale du congrès.

ARASA et le Réseau juridique canadien VIH/SIDA ont également organisé conjointement la zone de réseautage des droits de l’homme dans le village mondial du congrès AIDS 2016.

JUIN 2016

Présence mondiale à la télé et sur l’internet sur le Stream

Michaela Clayton, la directrice générale d’ARASA, Edwin J Bernard, le coordinateur général de HIV Justice Network, et Ken Pinkela, membre du conseil consultatif de SERO, ont atteint un public mondial à la télé et sur l’internet grâce à un programme de 30 minutes sur The Stream, sur la chaine Al Jazeera (en anglais). Anand Grover, avocat principal à la Cour Suprême de l’Inde, fondateur de la collective des avocats de l’Inde (Lawyers Collective), et ancien rapporteur spécial des Nations Unies sur le droit à la santé y a également participé.

MAI 2016

Académie de formation « HIV is not a crime »

Le Sero Project et Positive Women’s Network-USA ont organisé ensemble l’académie de formation « HIV is not a crime » (le VIH n’est pas un crime), conçue pour stimuler les approches intersectorielles visant à mettre fin à la pénalisation du VIH.

Tenue à l’Université d’Alabama, à Huntsville, la réunion a rassemblé plus de 300 intervenants venant de 34 états américains, ainsi que des délégations du Canada et du Mexique. Celle-ci a permis de créer de nouvelles relations et a permis aux participants d’acquérir de nouvelles compétences pour lutter contre la pénalisation du VIH au niveau local, national et régional.

Depuis l’académie, d’énormes progrès ont été accomplis et nous avons pu assister au développement d’une organisation stratégique et intense essentiellement menée par les personnes vivant avec le VIH.

AVRIL 2016

Advancing HIV Justice 2: Développer le momentum du plaidoyer mondial contre la pénalisation

Notre rapport Advancing HIV Justice 2 (Faire avancer la justice sur le VIH 2 – disponible en anglais seulement) a révélé que, si la pénalisation du VIH est un phénomène mondial croissant, les intervenants travaillent dans le monde entier pour veiller à ce que l’approche du droit pénal vis à vis des personnes vivant avec le VIH soit conforme aux principes juridiques et au respect des droits de l’homme, et reconnaisse les progrès scientifiques.

Lisez ou téléchargez le rapport ici.

MARS 2016

Inauguration de HIV JUSTICE WORLDWIDE

En mars 2016, sept réseaux de la société civile du monde entier, la plupart dirigés par des personnes vivant avec le VIH, ont lancé le mouvement HIV JUSTICE WORLDWIDE pour coordonner la riposte mondiale à l’application injuste des lois contre les personnes vivant avec le VIH.

Les partenaires fondateurs* de HIV JUSTICE WORLDWIDE et sympathisants à Brighton, le 24 mars 2016. Derrière de gauche à droite: Rhon Reynolds (GNP+*), Edwin J Bernard (HIV Justice Network*), Jessica Whitbread (ICW*), Boyan Konstantinov (PNUD), Patrick Eba (ONUSIDA), Sean Strub (SERO*). Devant de gauche à droite: Julian Hows (GNP+*), Sylvie Beaumont (HIV Justice Network*), Cécile Kazatchkine (Réseau juridique canadien VIH/SIDA*), Naina Khanna (PWN-USA*) et Michaela Clayton (ARASA*).